Dernières News !

Sur la voie de l’excellence : savoir aborder un tournoi

img
Mar
19

Cet article devait voir le jour, c’est maintenant le cas ! Nous parlerons donc de comment se préparer à un tournoi, avec tout ce que cela comporte de choix et de connaissances, afin que vous puissiez aborder ces événements avec calme et sérieux.

Avant toutes choses, vous pouvez aller faire un tour sur le lexique relatif aux tournois écrit par notre ami Moon qui se trouve ici.

De cette façon, les propos qui vont suivre vous seront plus clairs.

Nous aborderons la préparation au tournoi dans l’ordre suivant :

  1. Analyse du metagame et du format
  2. Choix de la line up
  3. Choisir l’ordre de ses decks

 

Aborder un tournoi demande les mêmes connaissances que jouer en ladder : vous devez connaitre les decks en circulation, leurs variations, leurs forces et faiblesses, leurs match up, etc. Un élément peut s’ajouter si vous jouez dans un cadre regroupant des joueurs pro/semi-pro, dans ce type d’environnement de tournoi il vous est possible d’étudier vos adversaires, car vous pourrez trouver des replays et ainsi comprendre leurs styles de jeu, leurs classes favorites, bref, tout ce qui vous sera utile pour établir une stratégie supposée les contrer.

Cette analyse ne doit pas se faire au dernier moment, prenez vraiment le temps, la veille ou l’avant veille, de faire le point sur toutes ces notions, la connaissance de l’adversaire est l’une des bases si l’on souhaite gagner. D’ailleurs, si vous êtes dans un tournoi avec un maximum de joueurs inconnus, voire de bas niveau, attendez vous à beaucoup d’agressivité, c’est en règle générale ce qui prédomine, on compense la force par la violence, c’est souvent un moyen facile de gagner.

Après avoir analyser le metagame, il vous faut analyser le format (KOTH ou Conquest), car ce format aura un impact majeur sur les decks qui seront joués et donc vos choix de decks.

Le format King of the Hill est un format très rapide, joué dans ce type de tournoi s’apparente souvent à du ladder, car les joueurs ouvrent souvent avec des decks très agressifs, dans le but de snowball et de vous mettre un 3-0 (dans le cas d’un BO5, nous prendrons cette valeur comme base pour tous nos exemples). Donc en KOTH, prévoyez soit des decks contrôles faits pour tuer les decks agressifs, soit des decks très violents, soit une line up équilibrée, chacun de ces trois choix se tient et peut vous faire aller loin dans le tournoi. Si les 3 decks qui dominent le jeu au moment du tournoi sont des decks agressifs, la line up purement défensive serait probablement un choix plus sûr, mais on ne peut jamais prévoir à 100% ce que vont faire les autres joueurs.

Le format Conquest vous demandera plus de finesse au niveau du choix de l’ordre de vos decks, mais nous y reviendrons plus tard. C’est aussi un format très varié, dans lequel vous pouvez jouer trois decks solides, qui se complètent bien, et tous les valider si vous savez les jouer et quand les sortir. Dans ce format, la personnalité du joueur a un part plus importante, si vous choisissez de jouer 3 decks aggros, c’est un choix qui peut payer si vous tomber sur un deck faible à l’aggro, quand bien même votre adversaire aurait 2 decks très bons contre votre line up, vous pouvez au maximum exploiter les points faibles que vous trouverez. Une line up agressive en Conquest comporte plus de stratégie qu’en KOTH, car il ne s’agit pas simplement de foncer pour mettre des points très vite. Le principe de base de ce format est de jouer 3 decks qui pourront tous au moins gagner un match, l’idée est donc de privilégier des decks polyvalents.

J’insiste sur cette notion de deck polyvalent, car cela pourrait ne pas sembler évident pour tout le monde : il est possible de venir à un tournoi en KOTH avec deux decks très agressifs et un troisième qui servirait de contre à notre pire match up. Ce troisième deck n’est pas forcément polyvalent, cela peut être un deck très précis, construit dans l’unique but de tuer un seul deck (un chasseur avec deux fusées par exemple si vous savez que votre line up perdra contre du paladin secret). En Conquest il vaut donc mieux privilégier des decks forts en général plutôt que de cibler des ennemis en particulier (à moins que certains decks soient absolument prédominants, comme c’était le cas du guerrier client sinistre).


 

Maintenant que vous comprenez les différents formats, il vous faut des decks !

Dans l’idéal, vous prendrez des decks que vous maniez depuis assez longtemps, ayez au moins 50 parties faites avec chacun des decks que vous prendrez (et pas chacune des classes, chacun des DECKS !). Il vous faut des decks qui vous savez manier, dont vous connaissez les match up le mulligan, afin de commettre le moins d’erreur possible. Prenez si possible vos classes de confiance, celles que vous jouez le plus, afin d’être en confiance et d’avoir un maximum de bons automatismes, cela vous servira si vous êtes stressé.

Privilégiez des classes fortes dans le metagame actuel, des choix trop exotiques seraient une très grosse prise de risques.

Lorsque vous choisissez vos decks, établissez vous une ligne directive (aggro, controle ou polyvalent), il faudra vous y tenir. Dans le cas d’une line up polyvalente, vous aurez le plus souvent un deck contrôle, un deck mid range, et un troisième deck supposer combler les faiblesses des deux autres ou vous assurer une victoire contre l’un de vos pires match up. Et c’est là que la connaissance des match up vous sera importante, sans elle la construction de votre line up ne tiendra pas la route, et vous ne ferez donc pas long feu.

Dans le cas d’un tournoi avec ban, il vous faudra un deck supplémentaire, ce deck devra représenter une menace, si possible une menace similaire à celle de l’un de vos autres decks. Le but est de créer un dilemme pour votre adversaire : si vous avez deux decks très forts et que les joueurs n’hésiteront pas à bannir par respect, vous rendez leur choix plus compliqué, favorisant ainsi la possibilité d’une erreur et augmentant vos chances de victoires. Il ne sert à rien de juste prendre un 4ème deck pour combler un espace dans votre line up, utilisez ce slot pour menacer et mettre en danger votre adversaire, ou même le bluffer (vous pouvez prendre un paladin que vous ne savez pas trop bien jouer, car il risque de se faire bannir dans 90% des matches, c’est en tout cas une réalité post LOE, les paladins sont prédominants dans le metagame et sont donc craints). Un deck exotique serait également un effet de surprise, mais n’utilisez ce genre de ruses qu’en dernier recourt (ou en étant sûr de vous) !


 

Vous allez enfin passer à la pratique et jouer ! Peut-être même que vous gagnerez (je l’espère) ! Mais pour cela il vous faut savoir dans quel ordre utiliser vos decks.

Comme dit plus haut, en KOTH attendez vous à un départ très agressifs, il est donc conseillé d’ouvrir avec un deck capable de contrer ce genre de départs. Si vous vous faites voler la première game, il sera bien plus compliqué de gagner l’affrontement, à cause de la nature même du KOTH : un match se joue, le joueur qui perd prend un deck en réponse à celui qui vient de le battre, il gagne, son adversaire va donc prendre un deck capable de battre ce nouveau deck, et va donc remporter le match (ceci était un exemple pour un BO3, mais cette chaîne d’actions peut s’allonger pour n’importe quel type de BO). Dans ce format, le joueur qui remporte le premier match est celui qui a le plus de chances de gagner la rencontre, souvenez vous de ça pour vos choix de decks.

Pour ce qui est du Conquest, le sujet divise : certains pensent qu’on peut tirer son deck au hasard, alors que d’autres construisent une réelle stratégie concernant l’ordre de passage des decks.

Le hasard peut être un bon moyen de jouer le Conquest, car il évitera à votre adversaire de pouvoir anticiper vos actions (enfin, c’est très relatif, car sur trois decks, les possibilités ne sont pas infinies, il est donc possible que votre adversaire s’attende précisément à la séquence que le hasard vous proposera). C’est un choix qui doit être fait avec raison et le plus souvent avec des decks très polyvalents, car vous avez bien moins à vous soucier de vos match up.

Dans le cas contraire, il est préférable de calculer un ordre de passage. Par exemple, ouvrir avec un deck qui a le moins de match up positifs dans la line up adverse peut être payant, car plus tard dans la rencontre votre adversaire aura plus de facilité à cibler votre deck pour vous empêcher de le valider. Il faut également savoir que la majorité des joueurs conserve un deck après avoir perdu une partie avec, dans le but de ne pas tilter et surtout parce qu’ils désirent le valider pour la raison précédente, les decks qu’ils leurs restent sont souvent bien meilleurs. Ce sont quelques événements récurent au sein du Conquest dont vous pouvez tirer partie.

Si vous arrivez à lire un minimum dans le jeu de votre adversaire, n’hésitez pas à présenter vos meilleurs contres lorsque l’adversaire sortira un deck particulier, on ne refusera jamais de valider un deck sans trop se fatiguer.


 

J’espère que ces petits conseils vous aideront dans les tournois à venir, la théorie peut faire une différence énorme entre deux joueurs ayant un niveau de jeu équivalent.

Cette théorie, vous pourrez l’essayer lors des réunions du mercredi soir également, n’hésitez pas à faire un tour sur le TS !

Peace ! – Teurteul#2320

Aller à la barre d’outils