Les jeux d’esprit

Salut jeunes padawans ! J’espère que vous sentez la force, et que vous la sentez bien, car le sujet d’aujourd’hui, c’est le triomphe de l’esprit, dans Hearthstone bien entendu !

Nous allons voir comment être le plus malin, comment ruser, et tout ça, au travers des « mind games » !

Car oui, dans Hearhstone, maîtriser son deck et avoir de la moule ne sont pas les seuls composants du jeu, il y a également pas mal de petits éléments qui peuvent améliorer votre façon de jouer, bluffer votre adversaire et tant d’autres choses merveilleuses.


 

Commençons tout d’abord par le fait de compter les cartes. Ce n’est pas tout à fait comme au poker, en réalité c’est bien plus simple : vous savez certainement que les cartes piochées viennent sur la droite de la main de votre adversaire, la carte ayant passé le plus de temps dans sa main est donc, en toute logique, celle à l’extrême gauche. C’est le principe de base ! Il vous faut donc être attentif pour savoir si votre adversaire garde des cartes qui seraient potentiellement du late game ou des combo. Mais pas seulement, ce principe s’applique aussi aux cartes récupérées par vol ou néf, il vous faut impérativement savoir où sont ces cartes dans la main de votre adversaire, afin de ne pas perdre le compte. Ces cartes, vous aurez du mal à les anticiper, alors autant savoir si votre adversaire les a en main et où, vous comprendrez pourquoi un peu plus loin, si vous avez encore besoin d’une justification.

Dans le même ordre d’idées, si vous avez deux cartes identiques dans votre main, jouez toujours la carte la plus à droite, afin de laisser penser à votre adversaire que vos autres cartes sont vraiment très chères à jouer. Vous donnerez le moins d’informations possibles à votre adversaire.

Pour éviter de donner des informations sur votre main, visualisez mentalement vos tours. Lorsque vous pointez une carte avec un sort de votre main, puis que vous vous ravisez, vous donnez une information à votre adversaire, en fonction de la créature visée, du nombre de manas disponibles, de votre classe et de votre type de deck, votre adversaire peut déduire de quelle carte il s’agit. Il pourra donc prévoir son utilisation, ce qui n’est jamais bon pour vous. Vous avez le droit de tripoter vos cartes, mais surtout, ne les déplacez pas au dessus du board, les flèches rouges que votre adversaire verra pourraient vous coûter cher.

C’est la même chose lors du calcul du lethal, ne pointez pas vos créatures successivement, car si vous n’avez pas assez de dommages, votre adversaire peut savoir que vous comptez jouer une combo ou un finisher quelconque.

Vous souhaitez tout de même vous amusez à pointer des choses ? Vous le pouvez ! Contre certains adversaires, pointer une créature avec un sort peut vouloir dire que vous avez de quoi la détruire, alors qu’en fait vous utilisez un buff de votre main pour bluffer votre adversaire. Si vous en avez les moyens et surtout que cela n’empiète pas sur votre temps de réflexion, n’hésitez pas à pointer différentes cartes de votre main, faire croire que vous avez telle ou telle carte, tous les bluffs sont bons à prendre.

Vous avez également à votre disposition le fait de varier le temps de vos actions. Un play évident et fort sera souvent joué rapidement, alors que vous pouvez prendre votre temps, et ainsi faire croire à votre adversaire que vous n’avez peut-être pas le bon secret, ou que vous aviez d’autres options. Plus vicieux encore, habituez votre adversaire dès le tour 1 à aller jusqu’à la corde, et certains tours, jouez très vite, on ne sait jamais, il sera peut-être parti pisser, au mieux, et au pire vous jouerez avec sa patience, ce qui risque de le faire partir en Tilt.

Si vous cherchez à faire partir votre adversaire en Tilt, aller jusqu’à la corde c’est bien, même lorsqu’on a rien à jouer, mais spammer les emotes c’est mieux ! Ne vous attendez pas à vous faire des amis avec cette méthode, c’est le côté négatif.

Si vous jouez certaines classes, comme chasseur ou mage, votre potentiel de bluff est très élevé. Si vous souhaitez être un maître du bluff, il vous faut de l’entraînement. Vous devrez être capable de savoir quel top deck vous fait gagner, et à votre prochaine pioche, peu importe la carte, faire un petit « désolé » suivi de l’action qui correspondrait au fait d’avoir top deck la bonne carte. Sans hésitation, car si vous mettez du temps à réagir à votre pioche, le bluff sera trop évident. Il en va de même pour les secrets, vous pouvez jouer en faisant croire à votre adversaire que vous avez un secret très différent de celui que vous venez de piocher, il faut simplement mettre le bluff en place très rapidement.


Ces techniques ne marcheront pas nécessairement contre de très bons joueurs, qui sentiront plus facilement venir le bluff, ou qui auront utilisé les mêmes techniques contre vous, ce qui rendra le match très confus, mais elles pourraient tout de même vous permettre de voler quelques parties, et ça, c’est agréable.

N’oubliez pas que l’important c’est de gagner, donnez vous en les moyens !

Je reste disponible pour discuter un peu plus du bluff, ou du poker, comme vous voulez, moi ça me va tout aussi bien !

Peace – Teurteul#2320

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:) :D :p ;) :$ :( 8) Plus de smileys »